Menu
Date de naissance

expo

Grégoire Morel & Fono

Vernissage ve 13.11.2020, 19h00 CCL Expo jusqu’au 20.12.2020 Entrée libre

Grégoire Morel & Fono

«Face à face»

Cette exposition sur le thème du portrait porte parfaitement son nom: «Face à face». À l’initiative du CCL, elle réunit deux artistes qui ne se sont jamais rencontrés. Leurs œuvres respectives, vives et percutantes, nous ont instantanément incités à les faire dialoguer. Grégoire Morel et Philippe «Fono» von Niederhäusern ont été séduits par cette perspective et ont accepté notre invitation. Rencontre prometteuse!

Mille deux cents kilomètres les séparent. Pourtant, provoquer leur rencontre nous est apparu comme une évidence. Des deux, Fono est géographiquement le plus proche: ce Prévôtois, qui a enseigné l’éducation artistique, peint depuis plus de trente-cinq ans. Ses portraits tourmentés (qui nous feront penser à Soutine) ou burlesques (qui nous rappelleront Ensor), toujours émouvants, tiennent invariablement sur un même format et un même support: 100 × 70 cm, acryl sur pavatex. Cette rigueur, les couleurs sourdes, la rudesse du propos, côtoient la touche hispanique, mais aussi profondément mélancolique, de Grégoire Morel. Décidément, il y a entre tous ces portraits mis «face à face» une parenté tangible.

Médecin de formation, Grégoire Morel est un artiste suisse autodidacte installé à Bilbao depuis août 2019, après avoir vécu et travaillé pendant trois ans dans le quartier populaire du Raval, cœur palpitant et exotique du centre-ville de Barcelone. «Ravalesco» ou autrement dit «Gens du Raval», est le nom de la collection de laquelle les œuvres exposées sont issues, une série de portraits figuratifs entre expressionnisme et cubisme.

théâtre

Théâtre du Clos-Bernon

sa 28.11.2020, 20h30 di 29.11.2020, 17h30 CCL Fr. 20.– / 15.– / 10.–

Théâtre du Clos-Bernon

«Adagio»

Neuf «dramolettes», ainsi nommées par leur auteure Emmanuelle Delle Piane, soit neuf petites histoires tragicomiques sur le thème de la mort. Celle que l’on prépare, que l’on attend, que l’on redoute, que l’on côtoie, la sienne ou celle de ses proches. C’est ce à quoi la troupe de théâtre amateur de Courtelary s’est audacieusement attelée, en collaborant pour la première fois avec Nathalie Sabato à la mise en scène.

Cette pièce contemporaine, œuvre d’une Chaux-de-Fonnière, présente des situations diverses et souvent absurdes, qui pourtant font résonner des questionnements et des pensées qui traversent l’esprit de beaucoup d’entre nous, sans que nous osions vraiment le dire – la mort est un sujet tabou. Le thème est funèbre, mais pas funeste; mortel, mais pas létal; grinçant, mais pas intolérable: n’ayez crainte, «Adagio» ne vous plombera pas l’humeur ni la soirée, au contraire! C’est bien la distance et la légèreté, même apparente, qui nous permettent de vivre avec la certitude de la mort. Entre cette famille qui planifie les derniers moments de la mère de son vivant, ces deux amis qui se retrouvent régulièrement pour se suicider ou cette femme qui veut acheter une nuisette pour son dernier voyage, la gravité de la mort fait une large place au sourire. 

Nathalie Sabato
Mise en scène

Marylène Bartlomé, Anne Beuchat, Jacques Beuchat, Cécile Huguelet Engel, Véronique Vernez, Éric Wichtermann, Gérard Zürcher
Jeu

 

www.facebook.com/closbernon

 

 

Théâtre

Compagnie de L’Impolie

ve 11.12.2020 20h30 CCL Fr. 25.– / 18.– / 12.–

Compagnie de L’Impolie

«Jojo»

Hé, Jojo! Aujourd’hui, j’ai… Chaque soir, en rentrant du boulot, elle le retrouve et lui raconte sa journée. Au fil de cet échange, elle met en scène sa vie de femme où la réalité se brouille de fiction dans le jeu de ses souvenirs. Lui, muet, est tout à tour confident, miroir fêlé et fantôme d’un passé commun.

«Ce soir comme chaque soir, nous refaisons nos guerres; tu reprends Saint-Nazaire; je refais l’Olympia au fond du cimetière» chantait Jacques Brel.

La création de la Compagnie de l’Impolie, «Jojo», est un conte contemporain du quotidien. Juliette nous emporte dans la course de ses pensées et souvenirs. Fragile, forte, vivante… elle revit sa journée devant le regard vide de son frère.

La rencontre de Juliette, Jonas et Lionel est une première à plusieurs titres. Première création pour la Compagnie de l’Impolie de Juliette Vernerey, première écriture pour le théâtre pour Lionel Aebischer, et première fois que Jonas Vernerey et sa sœur Juliette jouent ensemble dans une pièce. Et le résultat de ces nombreuses premières est savoureux.

Le spectateur, observateur curieux, presque indiscret de ces fragments de vie qui nous sont dévoilés, est invité dans cette intimité du quotidien.

Lionel Aebischer
Écriture et mise en scène

Juliette Vernerey
Jeu

JonasVernerey
Musique

www.compagniedelimpolie.ch

 

BONS

Et si vous offriez un bon?