Menu

La saison #32 est lancée

La saison #32 est lancée

Nous sommes heureux de partager avec vous notre programme de saison ainsi qu’une vidéo de présentation pour laquelle nous avons eu l’opportunité de bénéficier des habiletés et de la sensibilité d'Arthur Henry Beats. Nous le remercions chaleureusement.

Vivement…

Vivement…

… la rentrée!

Le CCL espère que vous avez passé un bel été et se réjouit de vous retrouver dès le 24 août pour vous présenter sa nouvelle demi-saison!

Théâtre

«Canari»

ve 03.09.2021 sa 04.09.2021 20h30 CCL Fr. 25.– / 18.– / 12.–

«Canari»

Compagnie du Chalet

La situation covidienne nous a empêchés de vous la présenter en primeur comme prévu, mais notre enthousiasme à vous proposer la première création de la Compagnie du Chalet n’en est pas amoindri. Ce seul-en-scène est interprété par Alain Jacot, Imérien d’adoption qui, après avoir brûlé les planches avec la troupe de Saintimania durant de nombreuses années, a choisi de se former et d’orienter sa vie professionnelle vers le théâtre et ses multiples facettes. C’est avec un énorme plaisir que le CCL vous présente ce spectacle qu’il a coproduit.

Pour Alain Jacot, comme pour beaucoup, Alzheimer est une maladie à la fois troublante et effrayante. Elle est au cœur du texte de Thierry Pochet et de la vie de son personnage principal, un comédien confronté à des souvenirs qui l’obsèdent, et dont la mère est justement frappée par cette terrible affection, avant que lui-même n’en soit atteint… Or, pour un comédien, qu’y a-t-il de plus angoissant que la perte de la mémoire? «Canari» explore le thème sous ses différents aspects, entre le devoir de mémoire historique, le poids des souvenirs, le souhait de pouvoir s’en libérer, l’angoisse de les voir s’échapper. Dans la pièce, comme le personnage le dit lui-même, la chronologie n’est pas respectée et, au fur et à mesure que la mémoire lui revient ou lui fait défaut, l’action se construit ou se défait… La mise en scène, à la fois sobre et inventive, est assurée par Jacint Margarit. 

Thierry Pochet
Texte

Alain Jacot
Jeu

Jacint Margarit
Mise en scène

Valère Girardin
Scénographie

Alain Boon
Création lumière

www.alainjacot.com

 

Expo

Daniel Mueller

Conférence: me 22.09.2021, 19h00 Expo jusqu’au 24.10.2021 Entrée libre

Daniel Mueller

«Microtech»

Savez-vous que dans notre région, un emploi sur deux dépend de l’industrie microtechnique? Le photographe biennois Daniel Mueller a souhaité explorer cette réalité souvent méconnue et, à travers son regard, en donne un aperçu totalement original, loin des images si connues de l’ouvrier penché sur son établi.

En vis-à-vis nous sont présentés d’une part des femmes et des hommes dans leur cadre de travail, et d’autre part des objets, ou fragments d’objets produits par l’entreprise. Les personnes y sont représentées comme des êtres à part entière, saisis dans un moment de réflexion, un instant suspendu. Il nous est permis d’appréhender une facette de leur personnalité, et de pénétrer dans leur univers professionnel très particulier. Les objets quant à eux, à moins d’être un spécialiste, paraissent bien mystérieux! Sortis de leur contexte, mis à une autre échelle, ils peuvent évoquer un bijou, un immeuble futuriste, pourquoi pas un vaisseau spatial!

Mis en valeur comme des objets d’art précieux et énigmatiques, avec la sobriété et l’exigence qui sont les maîtres-mots du photographe, ils sont un hommage à la créativité et à l’innovation industrielle des femmes et des hommes de notre région.

Daniel Mueller s’est formé comme photographe à New York et à Vevey. Dans son atelier biennois, il développe aussi bien des projets personnels comme «Microtech» (2021), «Zoological Mystery Tour» (2019) ou «Objets exceptionnels» (2018) que des travaux de photographie commerciale.

En marge de cette exposition, Joël Jornod, responsable du CEJARE (Centre jurassien d’archives et de recherches économiques), donnera une conférence intitulée «Des montres, des machines et des villageois. Une histoire en images de l’industrie dans le Jura bernois». Elle mettra l’accent sur l’horlogerie, la machine-outil, et les hommes et les femmes qui ont contribué à l’essor de ces secteurs centraux dans l’économie régionale. De nombreuses images et documents historiques seront projetés, afin d’enrichir le propos.

Rudolf Steiner, artiste et enseignant, présentera l’exposition le soir du vernissage.

www.danielmueller.ch

www.cejare.ch

 

En collaboration avec

CEP_logo

 

Danse

Joshua Monten

ve 17.09.2021 20h30 CCL Fr. 25.– / 18.– / 12.–

Joshua Monten

«Game Theory»

Avant que la danse ne devienne un art, avant qu’elle ne cherche à exprimer quoi que ce soit, avant qu’elle ne soit une cérémonie ou une technique, elle était… un jeu. C’est ce postulat de départ qui a conduit Joshua Monten à choisir le jeu comme terrain d’exploration pour une création des plus ludiques.

Le jeu est un fil conducteur qui relie de nombreux travaux antérieurs de Joshua Monten. Dans «Game Theory», le chorégraphe approfondit son enquête sur certains aspects, tels que le rituel du match, l’imprévu, l’opposition entre la liberté et les règles, ou encore le «flow» – cet état mental d’absorption totale qu’on peut atteindre lorsque le jeu nous captive.

À partir de scènes jouées, un langage chorégraphique a progressivement fait son apparition. Nos mouvements spontanés surgis dans le feu de l’action, lorsqu’on se laisse aller à l’intuition et qu’on cesse de s’observer soi-même, ont été source d’inspiration. Les émotions ressenties pendant le jeu en ont été une autre: l’excitation due à l’adrénaline, la déception de la défaite, le lien empathique se nouant naturellement entre joueurs et spectateurs, le suspense du résultat final... Le résultat est reconnaissable par tous: une typologie des formes basiques de l’acte de jouer.

Joshua Monten est né à New York. Il a dansé au plus haut niveau dans le monde entier. C’est en 2012 qu’il fonde sa compagnie établie à Berne. Le CCL a eu le plaisir de l’accueillir il y a quatre ans avec «Joy», une création qui se basait, elle, sur les éléments fondamentaux du combat scénique.

Joshua Monten
Chorégraphie

Claudio Costantino, Frederik Kaijser, Sandra Klimek, Katharina Ludwig, Jack Wignall
Danse

Guy Cools
Dramaturgie

Catherine Voeffray
Costumes

Jonas Bühler
Lumières

Tough Love
Production

Dampfzentrale Bern, Krokusfestival Hasselt
Coproduction

www.joshuamonten.com

Ce spectacle est présenté dans le cadre de la saison éviDanse 21-22

Conférence

Une histoire en images de l’industrie dans le Jura bernois

me 22.09.2021 19h00 CCL Entrée libre, collecte

Une histoire en images de l’industrie dans le Jura bernois

Des montres, des machines et des villageois

Depuis le début du XVIIIe siècle, le Jura bernois est une terre d’industrie. Certaines sociétés emblématiques ont disparu, comme Excelsior Park et Tavannes Machines Co, ou se sont installées ailleurs, comme Blancpain, Chopard et Breitling. D’autres, nombreuses, y sont toujours présentes et rayonnent dans le monde entier, à l’image de Longines à Saint‑Imier, de Tornos à Moutier et de Sonceboz, dans la localité du même nom.

Ces entreprises d’hier et d’aujourd’hui sont présentes dans les mémoires de ceux qui y ont travaillé ou qui ont acheté les biens qu’elles ont produits. Elles s’inscrivent aussi dans le paysage et dans l’architecture, parfois de manière imposante, le plus souvent discrètement : des fabriques modestes et des ateliers ont essaimé dans la plupart des villages selon le modèle de l’industrialisation douce, connu dans d’autres parties d’Europe. Ce réseau dense de petites et moyennes entreprises, complété par quelques grandes entités, marque encore la région : aujourd’hui, près de la moitié des actifs travaille dans le secteur secondaire. C’est le double de la moyenne nationale.

Cette présentation retracera l’histoire de l’industrie dans le Jura bernois. Elle mettra l’accent sur l’horlogerie, la machine-outil, et les hommes et les femmes qui ont contribué à l’essor de ces secteurs centraux dans l’économie régionale. De nombreuses images et documents historiques seront projetés, afin d’enrichir le propos.

Joël Jornod est responsable du CEJARE (Centre jurassien d’archives et de recherches économiques), à Saint-Imier, et chargé de cours à l’Université de Fribourg. Docteur en histoire et en sociologie des Universités de Neuchâtel et de Toulouse–Jean Jaurès, il a consacré sa thèse de doctorat, intitulée La conquête des clients, à l’histoire des magasins Gonset. Spécialiste du commerce de détail et de la consommation, il s’oriente depuis quelques années vers l’histoire de l’industrie. Il est l’auteur d’une biographie de Louis Turban, graveur et doreur pour l’horlogerie à La Chaux-de-Fonds. En 2019, il a publié, en collaboration avec Pierre-Yves Donzé, un ouvrage sur l’histoire de la région sous le titre L’industrie en images. Un système technologique et industriel dans le Jura bernois, XIXe-XXIe siècle.

Expo collective

On s'intéresse à vos créations numériques!

Théâtre

«C-o-n-t-a-c-t»

sa 25.09.2021 14h00 et 16h00 CCL Fr. 25.– / 18.– / 12.–

«C-o-n-t-a-c-t»

Association Citrons Verts

Est-ce que j’ai pensé tout haut? Pourquoi il me regarde comme ça, celui-là?… Dans un monde où la distanciation physique est devenue la norme, où s’embrasser, se frôler, se caresser ou se donner une poignée de main est proscrit, une jeune femme est surprise par une rencontre et les manifestations qu’elle provoque. Ses pensées sont devenues audibles pour cet étranger…

Nous voilà aussitôt propulsés au cœur de cet échange singulier et des pensées qui se bousculent dans la tête de Sarah, grâce à un dispositif permettant de relier interprètes et public dans une expérience déambulatoire hors du temps. Dans l’intimité de cette bulle, le spectacle est vécu en immersion dans l’espace public devenu espace de jeu. Nous sommes emportés sur les pas des comédiens.

Créé à Paris à la sortie du premier confinement, «C-o-n-t-a-c-t» a depuis été adapté et traduit pour l’Italie, la Belgique, le Royaume-Uni, la Suède, le Canada… La comédienne d’origine imérienne, Carole Schafroth, assurera le jeu pour les deux représentations prévues à Saint-Imier.

Spectacle présenté dans le cadre du festival transfrontalier Conte & Compagnies
www.contecies.com

Samuel Sené
Conception, mise en scène

Adrien Gygax
Coordination, assistanat à la mise en scène

Carole Schafroth et Thomas Steiger
Jeu

 

 

Théâtre

«Le Nez»

ve 01.10.2021 20h30 CCL Fr. 25.– / 18.– / 12.–

«Le Nez»

LACSAP Transcénique Compagnie

Le premier spectacle de LACSAP Transcénique Compagnie s’appuie sur la nouvelle «Le Nez» de Nikolaï Gogol. La fable burlesque et absurde de l’écrivain russe se prête à merveille à un spectacle mêlant comédie, jeu de masques, musique originale et gestuelle chorégraphiée, pour livrer une satire déjantée d’une société de fonctionnaires et d’arrivistes de tous poils.

Un beau jour, le nez du major Kovaliov a disparu. Ne pouvant imaginer son existence sans lui, il part à sa recherche. Cette quête l’amène à rencontrer différents personnages saugrenus et à vivre des aventures fort étranges… jusqu’à découvrir que son nez s’est trouvé un rôle à part entière en tant que conseiller d’État!

Le choix de mêler théâtre et jazz permet de faire ressortir les aspects grotesques de l’univers gogolien et de les mettre en perspective avec notre société. Écrite au xixe siècle, cette farce est d’une brûlante actualité. En parlant de la disparition absurde du nez du major Kovaliov, elle interroge subtilement notre image de nous-mêmes et notre rapport à l’apparence – entre autres travers toujours répandus.

Si vous avez du flair… venez humer «Le Nez»! 

Spectacle présenté dans le cadre du festival transfrontalier Conte & Compagnies
www.contecies.com

 

Pascal Pointet
Mise en scène

Caroline Martin, Cédric Dubois et Claude Sprecher
Jeu

Lucien Dubuis
Musique et composition des chansons 

Soul, jazz

Afra Kane & String Duo

je 07.10.2021 Portes & bar: 19h30 Concerts: 20h00 Fr. 10.– (prix unique)

Afra Kane & String Duo

jeudreLIVE

Nous devions l’accueillir ce printemps… Il aura fallu patienter pour apprécier Afra Kane, lauréate du Montreux Jazz Talent Award 2019, pianiste, auteure-compositrice-interprète italienne, aux multiples influences musicales et culturelles.

Classique, jazz, Motown et musique afrogospel teintent avec subtilité ses compositions. Sa musique est équilibrée par une voix soul et puissante.

Afra Kane (voix, piano, composition)
Margarida Inês Alves de Carvalho Maia (violon)
Ekaterina Shalamova (violoncelle)

Théâtre

Compagnie de la Tour Carrée

sa 23.10.2021 20h30 CCL Fr. 25.– / 18.– / 12.–

Compagnie de la Tour Carrée

Mo(r)tel 18

Joyau de l’architecture moderne, le fameux motel de La Neuveville est d’abord le sujet de Motel 18, recueil de trente-huit nouvelles d’auteur·e·s de Suisse romande et succès public avec deux rééditions. L’aventure continue avec l’adaptation d’un choix de textes à la scène par la Compagnie de la Tour Carrée.

Des histoires sont jusque-là bien rangées dans les chapitres du Motel 18… Coup de théâtre! Patrick, un client de passage, cherche sa chambre… La 2, ou la 13… Ah non, la 3 bien sûr!… Il ne sait plus très bien, au gré de ses déambulations dans les couloirs, cerné d’images déroutantes qui hantent l’écran de sa nuit blanche, tandis qu’une réceptionniste énigmatique exhume les fantômes du passé.

Une comédienne et deux comédiens peuplent le motel de rencontres cocasses et de petits drames, joués, lus, doublés, à mesure que défilent les planches et les paysages sonores insufflés par le dessinateur et la musicienne. Lieu de transition, Mo(r)tel 18 révèle nos métamorphoses et nos errances.

Y a-t-il une sortie dans ce motel à l’(r) insaisissable?

Contribuent à cette création

Marianne Finazzi, Nicole Grédy, Carine Martin, Armelle Scholl, Pascal Bernheim, Didier Chiffelle, Pitch Comment, Étienne Fague, Alain Gagnebin, Pierre Alain Jeannet, Antoine Le Roy, Lucas Voisard ainsi que toute l’équipe du CCL, pour un motel immortel.

Théâtre amateur

Théâtre du Clos-Bernon

sa 30.10.2021, 20h30 di 31.10.2021, 17h30 CCL Fr. 20.– / 15.– /10.–

Théâtre du Clos-Bernon

«Adagio»

Les neuf «dramolettes» d’Emmanuelle Delle Piane, reportées pour la deuxième fois, seront-elles jouées cette fois-ci? Allez, on y croit! Ces petites histoires tragicomiques traitent du thème de la mort. Celle que l’on prépare, que l’on attend, que l’on redoute, que l’on côtoie, la sienne ou celle de ses proches. C’est à quoi la troupe de théâtre amateur de Courtelary s’est audacieusement attelée, en collaborant pour la première fois avec Nathalie Sabato à la mise en scène.

Cette pièce contemporaine, œuvre d’une Chaux-de-Fonnière, présente des situations diverses et souvent absurdes, qui pourtant font résonner des questionnements et des pensées qui traversent l’esprit de beaucoup d’entre nous, sans que nous osions vraiment le dire – la mort est un sujet tabou. Le thème est funèbre, mais pas funeste; mortel, mais pas létal; grinçant, mais pas intolérable: n’ayez crainte, «Adagio» ne vous plombera pas l’humeur ni la soirée, au contraire! C’est bien la distance et la légèreté, même apparente, qui nous permettent de vivre avec la certitude de la mort. Entre cette famille qui planifie les derniers moments de la mère de son vivant, ces deux amis qui se retrouvent régulièrement pour se suicider ou cette femme qui veut acheter une nuisette pour son dernier voyage, la gravité de la mort fait une large place au sourire. 

Nathalie Sabato
Mise en scène

Marylène Bartlomé, Anne Beuchat, Jacques Beuchat, Cécile Huguelet Engel, Véronique Vernez, Éric Wichtermann, Gérard Zürcher
Jeu

www.facebook.com/closbernon

 

 

Indie, trip-hop

Dean Alamo

je 04.11.2021 Portes & bar: 19h30 Concerts: 20h00 CCL Fr. 10.– (prix unique)

Dean Alamo

JeudreLIVE

À la fois amoureux des ambiances feutrées et lumineuses, des grands espaces où son regard se pose sans se perdre, Dean Alamo, connu auparavant sous le nom de Juan Blanco, nous revient avec son premier EP indépendant.

Face à nous, tranquille et calme, Dean Alamo distille une trip-hop vaporeuse, aux rythmes chaloupés, qui berce tout en douceur et nous emporte dans une paisible intériorisation.

Lionel Nemeth (guitare, piano, voix)
Justine Tornay (bugle, voix)
Félix Fivaz (batterie)

Expo

Biennale de la société des peintres & sculpteurs jurassiens

Vernissage ve 12.11.2021, 19h00 CCL Expo jusqu’au 19.12.2021 Entrée libre

Biennale de la société des peintres & sculpteurs jurassiens

C’est en 1933 qu’est organisé le premier salon jurassien à Tramelan, sous l’impulsion de Laurent Boillat et Roger Châtelain. D’autres salons ont suivi jusqu’à la guerre. En 1954, les initiateurs de ces premières expositions d’artistes régionaux décident de créer une société des peintres et sculpteurs jurassiens, dans le but de promouvoir les arts plastiques. Ainsi naissait la SPSJ.

Au fil des années, elle a accueilli dans ses rangs de fameux noms que nous ne pouvons citer ici faute de place. Ce qui est sûr, c’est que tous ont fait la renommée de la société, parfois même au-delà de nos frontières.

Aujourd’hui, la société compte quarante membres actifs, du Jura, du Jura bernois et de Bienne. L’esprit artistique que la SPSJ souhaite essaimer est dénué de tout sentiment politique et s’affranchit des frontières cantonales. L’ambition unique est de développer les arts, en organisant des expositions et en encourageant de nouveaux talents. Chacun a l’opportunité de montrer ses œuvres lors des biennales, temps fort dans la vie de la société.

L’avantage pour les artistes est l’excellente visibilité due au cumul des carnets d’adresses, qui permet un large panel de visiteurs durant les expos. La facilité d’entrer en contact avec ses pairs pour partager son expérience et affiner ses connaissances techniques est également importante.

Au CCL, vous découvrirez les peintures, sculptures et installations de 30 artistes:

Lotti Appoloni, Georges Barth, Edith-Aline Baumann, Jean Pierre Béguelin, Liliane Berberat, Gérard «Gebs» Bessire, Dorka Broquard, Corinne Cattin-Christe, Jacqueline Chaignat, Fono, Florian Froehlich, Miroslaw Halaba, Isabelle Hofer-Margraitner, Jacques Humair, Nia Mayou – La Mayou, May Lachat, Dominique Letté, Béatrice Lovy Rebetez, Martine Meyer, Pierre-Alain Michel, Dominique Milani, Hans-Jörg Moning, Dominique Nappez, Petra Paroz, Valérie Roulin-Seylaz, Mira Stefanova, Anne-Marie Theubet, Pascal Tschan, Nathalie Voyame, Darko Vulic

Musique classique

Association Concerts Classiques

je 18.11.2021 20h00 Collégiale Fr. 35.– / 20.– / moins de 16 ans: entrée libre

Association Concerts Classiques

Haendel et Haydn à l’honneur

Georges Zaugg est indissociable de ce qui est devenu le Festival du Jura et dont il a assuré la direction durant plus de 40 ans. C’est pourtant avec un projet personnel que nous le retrouvons cette saison, mais avec un objectif qui reste inchangé: proposer des concerts de haut niveau aux publics de notre région. Les œuvres qu’il a choisi de mettre en lumière cet automne sont si vastes qu’elles seront réparties en quatre dates et lieux.

L’intégrale des seize concertos pour orgue et orchestre de Haendel offre aux solistes et aux mélomanes une des beautés éternelles de la musique baroque. Œuvre de maturité, ils constituent la seule contribution de leur auteur à la littérature pour orgue, instrument qu’il pratiqua pourtant toute sa vie.

Haydn traversa le déclin et l’émergence de plusieurs styles: baroque, rococo, classicisme et romantisme. Les symphonies retenues par Georges Zaugg pour ces quatre concerts d’exception appartiennent à cette dernière période: les Nos 42 et 47 en mode majeur, les Nos 44 et 52 en mode mineur.

Le chef d’orchestre a fait appel à un ensemble instrumental composé de musiciens professionnels provenant de différents horizons. Il s’est également adjoint la complicité de quatre organistes. C’est tout naturellement celle de Johan Treichel qu’il a sollicitée pour le concert de Saint-Imier, cet «activiste musical» étant depuis peu l’organiste titulaire de la Collégiale. Si ce projet d’exception vous séduit autant que nous, vous aurez trois autres occasions de vous en réjouir: le dimanche 21 novembre à Porrentruy (Église des Jésuites), le jeudi 25 novembre à Delémont (Église Saint-Marcel) et le dimanche 28 novembre à Porrentruy (Église Saint-Pierre). Au programme de la date imérienne: quatre concertos pour orgue et orchestre de G.-F. Haendel, et la Symphonie No 42 de J. Haydn.

Théâtre

Cie L’Atelier de l’Inventeur

ve 26.11.2021 20h30 CCL Fr. 25.– / 18.– / 12.–

Cie L’Atelier de l’Inventeur

«L’Art de la Chute»

«La chute a ceci de fascinant qu’elle est sans retour, sans retenue, sans compromis: absolue!» Vous est-il arrivé de tomber, de plus ou moins haut, en rêve ou dans la réalité, et de ressentir l’inexorable de ce qui arrive et va arriver, l’impact? Sauf qu’en rêve, on se réveille juste avant…

Antoine Zivelonghi ne l’a pas rêvée, sa chute. Il l’a vécue pour de vrai, dans sa chair, d’une hauteur de trente mètres lors d’un vol en parapente qui aurait pu lui être fatal. Cette expérience traumatisante a laissé des traces, dans le corps et dans la tête. Les quelques secondes qu’a duré la chute, le comédien les déploie en un seul-en-scène d’une heure à l’intérieur d’un corps qui tombe. Comme dans un ralenti, chaque sens prend tour à tour conscience de ce qui est en train d’arriver, le corps et l’esprit entament un dialogue vertigineux, les pensées tourbillonnent follement dans un chaos d’émotions. À l’intérieur de nous, visiblement, il y a du monde! Et l’âme et la conscience ne se précipitent pas forcément dans la même direction.

Quelques planches de sapin, deux tréteaux, un attaché-case et une rame de feuilles A4 suffisent à planter le décor mouvant de cette dégringolade en direct. Antoine Zivelonghi, formé à la Scuola Teatro Dimitri, y virevolte en passant d’un rôle à l’autre avec verve et souplesse, dans une mise en scène de sa complice Nina Pigné. Joël Hefti, regard artistique, et Rosario Ilardo, aux lumières, forment avec eux la Compagnie L’Atelier de l’Inventeur.

Mais attention, les lumières s’éteignent, chut-e, ça va commencer! cp

Antoine Zivelonghi
Écriture, dramaturgie, jeu, scénographie

Nina Pigné
Mise en scène

Joël Hefti
Regard artistique

Rosario Ilardo
Création lumière

Une coproduction du fOrum culture

Théâtre chrono

Utopik Family

sa 04.12.2021 20h00 CCL Entrée libre, collecte

Utopik Family

«Karandach» N° 22

Inspiré de la tradition théâtrale russe des kapouchnik, terme signifiant «soupe aux choux» en référence à celle qui mijote dans le foyer des acteurs, le Karandach est un véritable défi. Les comédiens d’Utopik Family ont douze heures chrono pour créer et présenter un spectacle. La journée commence le matin à 8h.

Voilà une expérience originale, qui est présentée depuis 2013 dans diverses salles de Suisse romande. Les comédiens se réunissent, ils discutent, débattent, proposent puis créent le spectacle et le jouent une seule et unique fois, le soir même, à 20h. Douze heures, pas une minute de plus, pour se lancer sous les projecteurs! Il s’agit donc d’une expérience théâtrale sans filet, remplie d’adrénaline à chaque fois et ce, aussi bien pour les comédiens que pour le public. En effet, chaque spectateur a la chance de pouvoir proposer un thème à l’issue du spectacle.

Les comédiens prennent ensuite connaissance des propositions du public et, parmi les meilleures, tirent au sort le thème du prochain Karandach. 

Avec
Fabrice Bessire, Cedric Bürgi, Thierry Grünig, Nathalie Sabato, Côme Weber

www.utopikfamily.ch

Jazz, électro

Yumi Ito

je 09.12.2021 Portes & bar: 19h30 Concerts: 20h00 CCL Fr. 10.– (prix unique)

Yumi Ito

JeudreLIVE

Yumi Ito, chanteuse, compositrice, productrice et arrangeuse nippo-polonaise, travaille et vit à Bâle. Sa musique est un amalgame de jazz, d’art-pop, d’électro et de néo-classique, qui sera jouée en quartet.

Son dernier album «Stardust Crystals» est une immersion le long des pages de journaux intimes. Dans le grand schéma des choses, nous ne sommes que des cristaux de poussière d’étoiles!

Pass sanitaire requis
(lire notre politique à ce sujet)

Yumi Ito (voix, piano, composition)
Jo Flüeler (violoncelle)
Kuba Dworak (contrebasse)
Iago Fernandez (batterie)

Conformément aux directives, un pass sanitaire et une pièce d’identité sont requis pour les événements se déroulant à l’intérieur. En savoir plus...